C'est quoi ?

La méthode Vittoz propose tout un cheminement pour mettre en pratique dans sa vie la citation de Marc Aurèle :

"Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre".

 

Ce cheminement s'appuie sur une méthode psycho-corporelle qui considère la personne dans sa globalité corporelle, affective et mentale.

 

 

Le but ultime de la méthode Vittoz est de développer la bienveillance envers soi-même puis envers les autres, d’augmenter la vie en soi et de devenir davantage acteur de sa vie.

En savoir plus sur la méthode Vittoz

 
 
De l’Origine à Aujourd’hui

La méthode Vittoz doit son nom à son inventeur, le docteur Roger Vittoz.

Le Dr Roger Vittoz est né le 6 mai 1863 à Morges, en Suisse. Il étudie la médecine à Lausanne puis à Genève et s'installe pendant 7 années comme médecin généraliste à La Brévine, puis dans le canton de Neuchâtel, aux Verrières. C'était un médecin très attentif aux troubles psychiques de ses patients et aux conséquences physiques du stress, des blessures intérieures et des émotions. On peut dire que le Dr Vittoz est l’un des premiers psychosomaticiens.

Comme Freud à Vienne, Charcot à Paris, il a pratiqué l'hypnose, mais remet cette technique en question, estimant qu'elle instaure une dépendance du malade au médecin. En effet, le Dr Vittoz voulait donner au patient « les moyens de se guérir lui-même ».

Il met au point sa méthode pour aider ses patients «neurasthéniques», c’est-à-dire présentant des troubles nerveux ou dépressifs, méthode qu’il utilise d’abord pour lui-même lors d’un épisode dépressif. Puis, il reçoit de très nombreux patients, venus de toute l’Europe, dans sa clinique privée à Lausanne.

En 1911, il publie un exposé simple et accessible de sa méthode: « Traitement des Psychonévroses par la Rééducation du Contrôle Cérébral», chez les Editins J.-B. Baillière à Paris, toujours réédité depuis et disponible aujourd’hui aux éditions Téqui.

Vittoz meurt le 10 avril 1925.

Roger Vittoz n’a pas fondé d’école. Parmi ses nombreux patients, certains sont devenus ses élèves, à qui il a confié la mission de transmettre sa méthode. Nous pouvons citer Henriette Lefebvre à Paris, Dr Pierre d’Espinay à Lyon, Dr Louis Portal à  Marseille, Joséphine Van Slyck Thorn aux USA, Dr Georges Montandon en Suisse.

La méthode s’est ainsi transmise jusqu’à la création de deux instituts de formation : l’ARV et Vittoz-IRDC (Institut de Recherche et de Développement du Contrôle cérébral), dont je fais partie.

Aujourd’hui, c’est principalement à travers ces deux instituts que la méthode Vittoz est transmise.

Dès sa création en 1972 par le Dr Rosie Bruston, l’institut IRDC avait pour objectif de faire évoluer la méthode Vittoz tout en la respectant. En particulier, le Dr Rosie Bruston s’est intéressée au traitement psychique de la méthode Vittoz à travers les exercices (Rosie Bruston, « De la méthode Vittoz à la psychologie des profondeurs », EPI) et Suzanne Dedet, a développé une pratique de relaxation psychosensorielle enracinée dans la méthode (Suzanne Dedet, « La relaxation psychosensorielle dans la psychothérapie Vittoz », Vittoz IRDC Editeur).

A l’Institut Vittoz-IRDC, nous continuons à confronter et à nourrir la thérapie Vittoz avec les récentes découvertes des neurosciences, avec l'évolution de la psychologie, de la psychanalyse et avec l'apport des pratiques corporelles.

Cette perpétuelle évolution, inhérente à toute découverte, est présente dans l’essence même de la méthode :  ouverture, créativité et discernement.

La formation de l’Institut Vittoz-IRDC a reçu l’agrément de la FF2P (Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse).

Principe de la méthode

Le Dr Vittoz situait l’origine des symptômes de ses patients (troubles de l'attention, de la concentration, du sommeil, psychosomatiques, anxiété, angoisse, dispersion, stress, hyper émotivité, phobie, ...) dans un déséquilibre cérébral. Son objectif était de s'attaquer à la cause de ce déséquilibre et non pas simplement aux symptômes.

Le principe de la méthode  Vittoz consiste donc à restaurer de bonnes habitudes cérébrales, ce qu'il appelle « rééducation du contrôle cérébral » c’est-à-dire la restauration de l’équilibre entre les deux fonctions principales du cerveau : la réceptivité et l’émissivité

  • La réceptivité consiste à accueillir consciemment son propre corps grâce aux perceptions somesthésiques (prendre conscience de sa respiration, de son équilibre, de son tonus, de ses mouvements,…) et son environnement grâce aux perceptions sensorielles (toucher, sentir, entendre, voir, goûter) et cela sans jugement, sans pensée ; elle instaure un état de présence qui met le mental au repos, et donne la conscience de la réalité.
     

  • L’émissivité consiste à se concentrer, à effectuer des raisonnements, à faire des choix, à prendre des décisions « justes » c’est-à-dire qui mettent en accord notre corps, notre cœur et notre mental et à les réaliser concrètement.

 

Le Dr Vittoz a constaté que pour penser « juste », il était indispensable de sentir « juste ».

 

La méthode Vittoz s’appuie sur un cursus d’exercices simples expérimentés en séance, pour être repris et intégrés dans son quotidien pour une appropriation progressive : c’est le volet fonctionnel de la méthode Vittoz.

 

Un travail plus spécifique sur les émotions, prenant en compte l’écho que les exercices peuvent provoquer dans l’inconscient, ouvre à une rencontre psychothérapeutique avec soi-même et son histoire, occasion de se relier à son passé pour se libérer, au moins partiellement, de certaines blessures affectives. La relation thérapeutique permet alors au patient de prendre conscience de ce qui peut se jouer de son passé dans sa souffrance actuelle.

Ce travail constitue le volet psychique du Vittoz qui est intimement tissé avec le volet fonctionnel. Dans ce volet, la parole prend une grande place. Mais il y a toujours une place pour les exercices.

Comment classer la Méthode Vittoz ?

La méthode Vittoz fait partie des thérapies à médiation corporelle, avec cette spécificité que la conscience du corps y est d’abord utilisée à son niveau le plus simple pour enraciner le sentiment d’exister comme un tout unifié et dans la réalité du moment présent.

Le Vittoz appartient au courant des thérapies humanistes. Ce courant conçoit l’être humain dans sa globalité comme une personne et non comme un ensemble de symptômes ou de mécanismes psychiques. Il vise une harmonisation globale de la personne dans ses cinq dimensions principales : physique, émotionnelle ou affective, cognitive, sociale et spirituelle.

Plus précisément, la méthode Vittoz appartient au courant des thérapies humanistes, d’orientation résolument phénoménologique, c’est-à-dire axée sur l’expérience vécue et la conscience de son être (corps, émotions, pensées) à l’instant présent.

 

La méthode Vittoz est au carrefour des méthodes verbales et des méthodes corporelles.

 
 

© 2018 Mounia Bouri